Investigation et Internet: un couple interdépendant

Si le journalisme d’enquête connaît un nouvel essor grâce à l’émergence du Web, certains sites ne pourraient exister sans le relais offert par les médias traditionnels.

A l’heure de l’avènement du journalisme multimédia, le lien entre l’enquête traditionnelle et l’utilisation des ressources disponibles sur Internet se renforce. Une évolution qui pousse à s’interroger sur l’apport du Web au journalisme d’investigation. Le journaliste peut difficilement se passer d’Internet pour ses enquêtes. Une dépendance réciproque: certains site Web ont besoin du relais journalistique – et notamment de celui de la presse écrite de renom.

L’investigation connaîtrait donc un nouvel essor grâce à l’outil Internet. Michalis Pantelouris, journaliste allemand pour le site Neon.de, a expérimenté l’aventure du « livereportage ». En juillet dernier, il a raconté jour après jour l’avancée de son enquête concernant la mort d’une jeune berlinoise. Ce pionner d’une nouvelle forme de journalisme est persuadé que l’enquête profite de l’immédiateté du Web. « Le journalisme d’investigation est la pierre d’angle de notre métier et d’une société démocratique, et ce depuis que la démocratie est basée sur la transparence, explique-t-il. Aujourd’hui, le web peut apporter une autre couche de transparence, celle du journaliste. Et je pense que c’est même une obligation ». Une exigence d’honnêteté dans le travail d’enquête qui s’accomplit dans l’interactivité, donc. « On a besoin d’être clair dans notre travail le plus possible, peu importe où et quand ». Cette nouvelle culture de discussion avec les lecteurs permettrait au journaliste de convaincre de la déontologie de sa démarche.

Mais l’investigation ne connaît pas seulement un essor sur Internet: la presse traditionnelle profite elle aussi du support Web pour obtenir des nouvelles informations. L’exemple le plus flagrant et celui du polémique WikiLeaks, le site fondé par l’australien Julian Assange. La révélation de près de 250 000 télégrammes diplomatiques américains classés « secret défense » a apporté « un panorama inédit des négociations d’arrière-salle telles que les pratiquent les ambassades à travers le monde » selon le New York Times. Des informations qui ont bénéficié de l’analyse de journaux reconnus – à l’exemple du Monde, d’El Pais, de Der Spiegel. Le document n’acquiert une valeur que lorsqu’il fait l’objet d’une étude approfondie. La légitimation de ces sites Internet d’un type nouveau dépend de leur collaboration avec les médias traditionnels. Un lien inextricable s’est créé entre le journalisme d’investigation et le support du Web.

Publicités
Cet article, publié dans Question développée, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s