Jouer est-ce s’informer ?

Un an avant l’élection présidentielle, LeMonde.fr lance son  premier newsgame « Primaires à Gauche ». Nouvelle façon d’aborder l’information sur un mode ludique ou travail superficiel de journalisme ? Les avis sont partagés.

Le succès de la primaire socialiste ne s’arrête pas aux urnes. Sur le site internet du Monde, il est désormais possible de se lancer dans la course à l’investiture socialiste.                        La condition ? Incarner un des six avatars caricaturant les candidats du Parti Socialiste dans « Primaires à Gauche », un jeu qui propose de participer à la campagne électorale.

Développé par une équipe de journalistes du Monde.Fr en collaboration avec la société de webdesign KTM Advance, « Primaire à Gauche » est le premier newsgame- entendre par là jeu sur l’actualité ou jeu d’actualité- à  faire son apparition en France.                                                                                                                                            D’origine Nord-Américaine, ces derniers ont fait apparition sur le web avec la campagne américaine de 2004. Exclusivement réservés à la sphère internet, ils relèvent avant tout  pour  Oliver Mauco, ingénieur d’étude au CNRS, « d’un dispositif ludique de mise en scène de l’information empruntant aux jeux vidéo ses codes cognitifs et procéduraux« .

Les journalistes ont pourtant mis longtemps avant de s’emparer du phénomène. Et jusqu’en 2004, les jeux d’informations n’étaient pas conçus par les médias. Bien souvent le journalisme en ligne se contentait d’appliquer les vieilles recettes du journalisme écrit, radio ou télévisé. Mais, faisant face à l’essoufflement des revenus de la presse écrite et à la consultation en hausse de leur site internet, de nombreuses franchises ont été forcées d’innover. C’est justement ce que proposaient les auteurs de jeux d’actualité avec une approche différente du journalisme.

Intéractivité

L’avantage d’un traitement ludique de l’information proche de celui des jeux-vidéos vient de son interactivité. A défaut de retranscrire les faits dans leur réalité, les jeux reproduisent les circuits et les systèmes politiques. « Cutthroat Capitalism »permet ainsi au joueur d’incarner un pirate somalien décryptant  la manière dont les tractations se déroulent entre preneurs d’otages et négociateurs. « Le newsgame est plus à même qu’un article de rendre compte de la multiplicité des facettes d’une situation complexe.» lâche Florent Maurin, concepteur de Primaires à Gauche.

Surtout,  si les jeux se sont développés sur les sites d’information c’est parce qu’ils correspondent assez bien aux nouvelles exigences d’interactivité du journalisme web. Les contraintes de l’information écrite et de la pyramide inversée laissant place aux liens hypertextes et au data journalisme. « Ce jeu est, je pense, assez réaliste pour attirer ceux qui se fichent de la présidentielle comme les experts. » ajoute Florent Maurin.                 L’aspect ludique permet aussi d’attirer un public plus important sur des sujets rebutants.  Au mois de juin, The Guardian avait ainsi lié à son article sur les coupes budgétaires une application –« Budget Hero »- qui proposait  aux internautes britanniques de choisir les dépenses publiques qu’ils souhaitaient voir réduire.

« Une nouvelle façon d’aborder l’actualité, un complément. »

Pour autant,  les jeux d’actualité peuvent-ils se substituer aux articles de fond ? Probablement pas. Le créateur de « Primaire de Gauche » est le premier à le reconnaître. « Ce type de jeu ne peut pas s’appliquer à tout type d’actualité. Et il ne remplacera jamais un article ou une vidéo. Il s’agit d’une nouvelle façon d’aborder l’actualité, d’un complément. »  Nombreux s’interrogent d’ailleurs sur le risque en termes d’image vis-à-vis des lecteurs qui viennent sur le site pour s’y informer. N’y verraient-ils pas une forme de légèreté dans le traitement de l’actualité ?

Dans tous les cas, les jeux interactifs ne proposent pas de solution miracle à la crise de la presse. Mais acceptés comme une forme valable de journalisme, ils peuvent lui donner un nouvel élan.

Rémi.

Publicités

A propos Marie Maurisse

Journaliste en Suisse
Cet article a été publié dans Administration. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s