“Datavision” : comment rendre l’information visuelle

Le « datavision »[1], terme inventé par le designer David McCandless, propose un système graphique qui rend l’information directement compréhensible au premier coup d’œil. Cette mise en scène graphique des données, au travers des infographies, des graphiques interactifs ou autres cartes animées semble très prisée des e-lecteurs qui apprécient sa simplicité.

 

Si le datajournalisme, soit l’exploitation et la mise à la disposition de données statistiques, séduit tant, c’est grâce à son recours au journalisme visuel, cette présentation des données ludique et attractive pour l’œil. Et David McCandless l’a bien compris. Le journaliste et designer anglais propose au e-lecteur, perdu dans une masse affolante de métadonnées, de reprendre pied grâce à des visuels simples et directement parlant, qui allient esthétique et information. En résulte un objet agréable à contempler, qui synthétise les données pour en faire visuel directement saisissable et compréhensible au premier coup d’œil. Par cette « nouvelle science visuelle de l’information », McCandless se sert de l’outil informatique pour « rendre l’information compréhensible et belle ».

Planche extraite de Datavision de David Mc Candless

Planche extraite de Datavision de David Mc Candless

 

Le journalisme visuel peut prendre toute une variété de formes, allant de l’infographie, au webdocumentaire ou aux cartes façonnables par les internautes. Le principe est toujours le même, comme le rappelle Chiqui Esteban lors du News World Summit du 30 mai 2012 : « Essayer de démontrer des choses, de présenter des données de manière graphique. L’intérêt, c’est que ça permet d’expliquer simplement, de montrer des modèles, des tendances. Et ce langage visuel permet de traiter l’information différemment des autres médias.».

Ni un article, ni une illustration, le « datavision » demande un style épuré et synthétique. Il ne propose pas directement de commentaire des données fournies (il peut s’agir de chiffres, de dates, de données qualitatives …), mais les organise et les hiérarchise afin qu’elles soient plus facilement retenues. De plus, l’usage du web permet d’aller au-delà des qualités visuelles d’un simple graphique : on peut créer un objet interactif, en mouvement, et malléable par l’internaute. Ce dernier peut ainsi jouer avec les données, et manipuler la visualisation proposée. Plongé dans une posture active, l’usager appréhende et mémorise plus facilement l’information, et se crée son propre itinéraire sur la carte.

De nombreux médias en ligne s’y sont déjà essayés, le plus souvent avec succès. Les sites Internet des journaux Courrier International (qui se contente de la version non interactive) ou Lemonde.fr proposent régulièrement des infographies afin d’expliquer des faits d’actualité. Et le quotidien britannique The Guardian est allé jusqu’à créer un « datastore » regroupant toutes les créations visuelles de data-journalisme, comme par exemple ce résumé interactif des dépenses du gouvernement britannique par secteur :

 

Visuel des dépenses publiques du gouvernement britannique (cliquez pour accéder à la version interactive)

Visuel des dépenses publiques du gouvernement britannique (cliquez pour accéder à la version interactive)

Ce journalisme visuel fait appel aux compétences des graphistes et aux connaissances en sémiotique ou sémiologie graphique, c’est à dire . Il faut que le journaliste-graphiste crée une synergie entre la forme et le fond, entre l’apparence et la substance. Chaque forme et chaque couleur doivent faire sens instantanément et évoquer quelque chose de précis chez l’observateur. Le data-vision donne donc naissance à des objets à la fois esthétiques et utiles, qui conjuguent beauté, art et information, afin de faire dire quelque chose aux données récoltées sans toutefois leur imposer un sens figé.

Si l’on s’en tient à l’adage qu’« un dessin vaut mieux qu’un long discours », se pose alors la question du possible remplacement des journalistes par des web-designers ou des graphistes, qui parviendraient mieux à retranscrire l’information et à marquer l’esprit des lecteurs. Cependant, le journaliste conserve son rôle de sélection de l’information et de mise en avant de faits qui lui semblent plus intéressants ou importants. Davantage qu’une confrontation entre la forme (les graphistes) et le fond (les journalistes), le « data-vision » incite à une véritable collaboration. Le webdesigner ne fait que sublimer les informations sélectionnées. Bien que des résistances persistent encore entre les différents services d’un même média, journalistes et graphistes ont donc tout à gagner en travaillant ensemble afin de conquérir le web. Chiqui Esteban conseille ainsi la présence d’un programmeur pour cinq journalistes, et des développeurs intégrés dans toutes les rédactions.

Quant à ceux qui craignent que l’information ne se résume qu’à des graphiques colorés ou des cartes dynamiques sans commentaire, qu’ils se rassurent : le journalisme visuel n’a pas pour but d’être exhaustif mais de synthétiser et résumer de façon claire les données disponibles sur un sujet particulier. Il laisse donc leur place aux articles de fond, qui eux auront pour but de donner les relations causales, historiques, et d’aller plus loin.

 

Claire.

 

Articles sources :

http://culturebox.francetvinfo.fr/datavision-ou-comment-faire-comprendre-linfo-en-un-clin-doeil-68017

http://www.lesinrocks.com/2011/10/22/medias/internet/datavision-david-mccandless-et-sa-science-visuelle-de-linformation-118001/

http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2012/05/30/trois-jours-de-redactions-tout-en-emulsion_958037

 


[1] David McCandless, Datavision – Mille et une informations essentielles et dérisoires à comprendre en un clin d’oeil (Robert Laffont), 222 pages, 23 euros.

Publicités

A propos Marie Maurisse

Journaliste en Suisse
Cet article a été publié dans Administration. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s