Journal en ligne : nouveau support, nouveau challenge

Dick Stevenson, rédacteur en chef de l’édition internationale du prestigieux New York Times, a donné début décembre une interview au Monde dans laquelle il revient sur les enjeux du passage au numérique pour son journal. Pour lui, cette étape-clé nécessite de séduire de nouveaux lecteurs par des procédés innovants.

La crise de la presse papier est un thème récurrent des analyses du webjournalisme et même le New York Times y est confronté. La raison principale du déclin de ce support d’information est son manque d’adaptation au temps réel. Aujourd’hui l’information est instantanée alors que le journal papier ne relate souvent que le lendemain une information qui a déjà circulé sur Internet ou sur les chaînes d’information en continu toute la journée. Si elle reste encore un vecteur d’articles de fonds incontestables et un support indispensable à certaines personnes n’ayant pas accès au numérique – ce qui est plus fréquent qu’on ne pourrait le laisser entendre –, la presse écrite n’en demeure pas moins dépassée par l’information en ligne.

Selon Dick Stevenson, le passage au numérique a un autre avantage, non négligeable, qui est l’internationalisation du lectorat. Alors que les grands journaux internationaux ne sont disponibles que dans certains kiosques, quand ils le sont, les sites Internet eux sont accessibles de n’importe quel point du globe (ou presque). Mais ces lecteurs internationaux seront-ils prêts à payer pour cette information ? On pourrait se dire que s’ils consultent ces sites c’est justement parce que l’information y est gratuite et que dans le cas contraire ils se « contenteraient » des médias nationaux. Ainsi, pour le New York Times, environ 30% du trafic sur le site provient de l’extérieur des Etats-Unis. « Nous aimerions augmenter la part des abonnés numériques hors Etats-Unis » déclare le responsable International du journal. En effet, plus d’abonnés hors du territoire c’est plus de moyens pour le journal pour mettre en avant les contenus de fond sans un recours démesuré à la publicité, souvent critiqué.

Opération séduction

Avec la numérisation et de la globalisation de la presse se pose donc le problème de l’accès payant : pour combien de sources d’informations différentes les lecteurs seront-ils prêts à payer ? Pour inciter le nouveau lecteur, habitué à la gratuite – cible principale des ces médias qui font payer de plus en plus de contenus – les versions numériques des journaux entrent dans un jeu de séduction. Première étape : l’apparence. Le New York Times, comme Slate récemment ou Le Monde il y a quelques mois, ne se contente plus d’agréger de nombreux articles répartis dans les catégories traditionnelles mais rend son site plus sexy. Il prend par la main le lecteur qui se laissera séduire par un premier article avant de naviguer au gré des liens, des photos, des infographies et autres renvois présents un peu partout.

Le travail de propagation des informations via les réseaux sociaux notamment est aussi important. Il faut proposer des idées innovantes capables de susciter l’intérêt d’un lecteur croulant souvent sous la masse d’informations. C’est pour cela que le New York Times a lancé des nouveautés comme l’application « Watching », « un outil de veille de l’information en temps réel » ou encore « First Draft », sa newsletter politique. Tous les supports numériques d’information ont maintenant leur application, il s’agit alors de se démarquer pour attirer ce « nouveau » lecteur, même à l’international, prêt à payer pour l’information et représentant un enjeu considérable pour le développement et la survie du webjournalisme de qualité.

Publicités
Cet article a été publié dans Administration. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s