Presse écrite : Se réinventer ou mourir

Face à la prolifération des nouveaux contenus en ligne, les médias dits « traditionnels » cherchent à se réinventer afin de ne pas être submergés par les nouveaux acteurs du web

« Bienvenue, Libération est payant » sur liberation.fr ou « Bienvenue ! Pour découvrir nos contenus, nous vous offrons deux articles » sur lesechos.fr. D’emblée, le lecteur est prévenu, la gratuité n’est plus de mise sur la plupart des sites des grands médias français. Fini le tout-gratuit pratiqué par certains journaux aux prémices de leurs versions en ligne. Cette stratégie, parfois décrite comme un suicide, a coûté cher à certains titres de presse. Et face à l’arrivée d’une concurrence de plus en plus féroce sur le web et à la chute annoncée des ventes de presse papier, ils ont été contraints de chercher des solutions afin de s’adapter au défi du moment : se réinventer.

La presse semble y parvenir. La preuve, les marques de presse ont connu une hausse de leur audience moyenne de 1,8% entre avril et juin, selon une étude de ONE Global de l’alliance des chiffres pour la presse et les médias. Mais si elle réussit pour l’instant son pari, c’est essentiellement grâce à ses versions numériques. Ce sont ces ventes-là de la presse quotidienne nationale qui ont d’ailleurs sont d’ailleurs responsables d’une telle augmentation, puisqu’elles ont augmenté de 17,7% sur l’exercice 2016-2017. De leur côté, les versions papier poursuivent, dans la plupart des cas, leur recul.

Conquérir d’autres publics

Devant les pratiques changeantes des consommateurs, qui tendent à s’éloigner des versions imprimées traditionnelles, l’industrie de la presse ne cesse donc jamais d’évoluer. Les smartphones prennent d’ailleurs une place de plus en plus importante dans le développement des stratégies des médias. Pour 16% des Français, ils ne sont ni plus ni moins que la seule source d’informations au cours d’une journée. Les applications sont donc de plus en plus travaillées et adaptées aux usages mobiles et à la frénésie du « scroll », cette façon de faire défiler son écran vers le bas, sans jamais que le fil d’actualité ne s’arrête.

-

Se positionner sur Snapchat est un des enjeux de taille pour les médias français. 

Les smartphones permettent également de couvrir de nouvelles plateformes. Le but est de varier la manière de présenter l’information et de toucher des publics différents. En France, c’est la fonctionnalité Discover qui offre aux grands médias la possibilité de se placer sur le réseau social préféré des 13-24ans : Snapchat. On y retrouve des versions plus ludiques, plus modernes du contenu de certains journaux de très grande envergure. Ainsi, les formats « story » de Snapchat de L’équipe ou du Monde réunissent chaque jour plus de 400 000 visionnages. Certains magazines, moins actifs que les quotidiens sur le web, ont d’ailleurs bien compris la portée du phénomène puisqu’on peut aussi y retrouver Society, Vogue, Paris-Match… Un marché qu’il importe donc de conquérir, alors que plus de 8 millions de personnes fréquentent ce réseau chaque jour.

D’autres préfèrent délaisser le web pour mettre en avant leur travail et misent sur un format papier plus « froid », et peut-être plus à-même de répondre à des exigences toujours plus variées des lecteurs. C’est le cas de la nouvelle rédaction du magazine « Ebdo », qui paraîtra pour la première fois en janvier. Maxime Guedj, le responsable de la stratégie numérique de l’hebdomadaire, explique dans Le Monde la volonté rare des dirigeants. « Nous nous concentrons sur le papier pour prendre du recul face au flux d’informations qui caractérise internet et répondre ainsi au besoin de s’en déconnecter. » Se démarquer par une faible présence sur le web : une autre façon de se réinventer, loin de l’agitation d’Internet.

Publicités

A propos François

Diezista en alternance entre Bordeaux et Madrid. Souvent au stade, tout le temps dans l'investigation.
Cet article, publié dans Atelier IEP, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s